Communiqué / visite d’Entreprendre Vert Est à RITTMO

agroenvironnement®

Plusieurs membres de l’association EVE se sont donc retrouvés mercredi 21 mars à RITTMO agroenvironnement® pour découvrir ses activités et visiter ses laboratoires. Ce centre de recherche est localisé sur le biopôle de Colmar dans des locaux que la ville met gracieusement à sa disposition pour mener ses travaux visant à favoriser le développement de fertilisants et autres intrants agricoles qui soient plus respectueux de l’environnement et particulièrement la qualité et la fertilité des sols.

Les 15 chercheurs de RITTMO ont la particularité de travailler non seulement avec les autres chercheurs d’instituts prestigieux comme le CNRS, l’INRA ou les universités, mais aussi avec les industriels et les agriculteurs, pour transformer leurs connaissances théoriques en activité économique et en emplois. Il existe 68 Centres de Ressources Technologiques (CRT[1]) sur le territoire national, qui travaillent dans de nombreux domaines. Cependant, RITTMO Agroenvironnement est le seul qui s’intéressent à ces sujets pourtant d’actualité, sur les nouveaux intrants agricoles permettant une production plus respectueuse de l’environnement tels que les fertilisants organiques issus du recyclage de divers résidus, les biofertilisants qui utilisent l’activité de microorganismes spécifiques pour aider à la nutrition des plantes ou les biostimulants permettant aux plantes de mieux résister au froid ou à l’humidité. De plus, RITTMO a développé des indicateurs de la qualité des sols pour s’assurer que toutes ces innovations permettent de préserver les sols, voire de les enrichir. En particulier, RITTMO agroenvironnement s’intéresse beaucoup au stockage de la matière organique dans les sols. Cette matière organique est indispensable au bon fonctionnement des sols et à la vie des organismes qui s’y trouvent… et ce n’est pas tout : Des chercheurs ont calculé qu’en augmentant chaque année de 0,4%[2] les quantités de matière organique dans les sols agricoles du monde entier, il serait possible d’équilibrer les d’émissions de carbone issues des réserves fossiles et de stabiliser le climat. Pour répondre à de tels enjeux, de nombreuses approches sont à l’étude : comment changer les modes de production de nos agriculteurs, par exemple avec l’implantation de cultures supplémentaires pour couvrir les sols en permanence. En parallèle, RITTMO s’intéresse à de nouveaux procédés de transformation des biomasses qui permettent de stabiliser la matière organique de sorte qu’une fois intégrée dans un fertilisant, elle reste dans les sols le plus longtemps possible.

Pour faire vivre plusieurs de ces idées innovantes en grandeur réelle à l’échelle du territoire, RITTMO agroenvironnement a proposé plusieurs actions dans le cadre d’un grand projet porté par de nombreuses collectivités du Haut-Rhin entrainées par la M2A : « Champ du possible, villes du futur en Sud Alsace ». Ce projet sera présenté d’ici la fin de l’année dans l’espoir de recevoir le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations dans le cadre des Plans Investissements d’Avenir – Territoires d’Innovation de Grande Ambition (PIA TIGA).

[1] Label décerné par le ministère de la Recherche pour reconnaitre la qualité scientifique et le professionnalisme dans la mise à disposition des connaissances pour les entreprises.

[2] C’est le fondement de l’initiative 4 pour 1000, les sols agricoles pour la sécurité alimentaire et le climat, lancée par la France en 2015 lors de la COP 21 et reprise maintenant au niveau international.

RITTMO Agroenvironnement

ZA Biopôle
37 rue de Herrlisheim
CS 80023
F-68025 COLMAR CEDEX

+33 (0)3 89 80 47 00
+33 (0)3 89 21 16 70

www.rittmo.com

contact

RITTMO agroenvironnement® et les Objectifs du Développement Durable

  •   Lutte contre la faim : éliminer la faim et la famine, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable.
  •   Recours aux énergies renouvelables : garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et renouvelables à un coût abordable.
  •   Lutte contre le changement climatique : prendre des mesures d’urgence pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions.
  •   Protection de la faune et de la flore aquatiques : conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable.
  •   Protection de la faune et de la flore terrestres : préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, enrayer et inverser le processus de dégradation des terres et mettre fin à l’appauvrissement de la biodiversité.