Visite de la centrale hydroélectrique de Kembs

Dans le cadre du thème de l’eau sélectionné par l’association Entreprendre Vert Est pour 2021 et 2022, les membres de l’association Entreprendre Vert Est se sont retrouvés le 16 novembre 2021 au matin sur le site hydroélectrique de Kembs pour visiter les lieux en compagnie d’une guide d’EDF. Des chefs d’entreprise du club d’affaires et de recommandations CARBAO, faisant partie du réseau Carbao France se sont joints à EVE pour la visite.

La nouveauté de ce site est la « centrale K », elle est située aux abords de l’écluse rhénane franco-suisse qui voit passer 11 000 bateaux à l’année et est en activité depuis 1932. Elle jouxte le barrage et est située en amont de la centrale hydroélectrique principale. La centrale K à l’aide ses deux turbines Kaplan permet d’utiliser la force de l’eau comme moyen de production d’électricité en ayant un impact moindre sur la biodiversité. L’eau suit un trajet simple : elle descend du Grand Canal d’Alsace pour rejoindre le Vieux Rhin mais aussi pour alimenter un bras du Rhin « le petit Rhin », une rivière recréée qui accueille de la biodiversité. Les historiques champs de maïs présents à l’arrivée de l’actuelle centrale K ont été sujets à une importante transformation permettant de rétablir des écosystèmes floristiques et faunistiques (renaturation sur 100 hectares). De plus, depuis l’inauguration de la centrale K en 2016, un courant attire les poissons migrateurs dans un système de passes à poissons qui permet d’assurer la continuité écologique du cours d’eau.

Zone de prélèvement de l’eau dans le Grand Canal d’Alsace.

 

Arrivée en aval dans le Vieux-Rhin et sa zone renaturée. En arrière-plan, le barrage.

Système de passes à poissons permettant aux migrateurs de franchir la centrale sans être pris dans la vis Kaplan.

La création de cette centrale a notamment pour origine des mesures environnementales qui font baisser le débit du Grand Canal d’Alsace et de la centrale principale au profit d’une alimentation en eau plus grande du Vieux-Rhin. Associée au barrage, la centrale K pallie ce rééquilibrage des débits en faisant passer l’eau dévolue au Vieux-Rhin par la centrale K qui produit de l’énergie. Sur le plan énergétique, la centrale K produit environ 28 millions de kWh par an. C’est environ quatre fois la consommation annuelle de la commune de Village Neuf située à proximité.

Plus largement, l’énergie hydroélectrique est considérée comme une énergie d’avenir dans la transition écologique. Aujourd’hui, l’énergie hydroélectrique est la principale source d’énergie renouvelable en France et produit environ 10% de l’énergie française, selon France Hydro Electricité, le syndicat des exploitants de l’hydroélectricité.

L’exploitation de l’eau est économique et ne produit pas d’impacts directs sur le réchauffement climatique. En revanche, on peut lui faire le reproche, à l’instar d’autres énergies renouvelables (solaire et éolien), d’être soumise aux saisons et au bon vouloir des éléments. Comme les membres d’EVE ont pu se le faire expliquer, la production est moins bonne en été qu’en hiver. Cela dépend des précipitations et des niveaux d’eau. Un autre reproche fait à l’énergie hydroélectrique est celui de dégrader les environnements aquatiques. Dans son aménagement, le site renaturé de Kembs est unique en France voire en Europe car il a justement été optimisé pour réduire son impact sur les écosystèmes naturels.

La zone renaturée, sur le modèle de la Petite Camargue Alsacienne.
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire